VIVEZ L'EMOTION D'UNE MONTEE A L'ALPAGE !

MONTEES A L'ALPAGE 2014 : 380 personnes ont « emmontagner pour de vrai » !


Depuis 2012, Saveurs des Aravis vous propose de participer à de vraies montées à l’alpage. Bien loin du folklore et des reconstitutions à l’ancienne, huit fermes avaient cette année ouvert leur porte pour cette journée si particulière où se mêlent plaisir, effervescence et stress.

Cette journée est un véritable déménagement : les agriculteurs, leur troupeau et toute la famille quittent la ferme d’en bas pour vivre pendant 5 mois au chalet d’alpage.

Cette année, 380 personnes se sont ainsi laissé captiver par le tintement des cloches, suivant d’un pas dynamique les troupeaux vers leurs pâturages d’altitude. Le partage avec les agriculteurs, leur famille, ainsi que les professionnels du territoire venus transmettre leurs savoirs, a fasciné petits et grands.

Grâce à une collaboration avec l’association LIVE (Loisirs Identiques et Vacances Ensemble), des personnes à mobilité réduite ont pu participer comme tout un chacun à une montée à l’alpage, permettant par la même occasion aux valides de côtoyer le handicap et de se familiariser avec différents engins tous très ingénieux.

Ces journées ont donc rencontré un grand succès auprès du public mais aussi auprès des agriculteurs, de leur famille et de leurs amis venus les aider.

Nos vaches et chèvres paissent désormais la belle herbe de nos montagnes dont la flore diversifiée nous permettra de déguster de savoureux fromages dès le mois de juin et jusqu'à cet automne. N'hésitez pas à leur rendre visite dans leurs alpages !


Pour vous mettre l'eau à la bouche pour l'année prochaine, vous trouverez ci-dessous un fim réalisé en 2012 et un résumé illustré de chacune des 8 montées de cette année.

 

Montées à l'Alpage 2012 on Vimeo

Montées à l'Alpage 2012 from Vincent Ingels on Vimeo.

 

Petit aperçu des montées 2014

 

La ferme du Mont Fleuri a semble-t-il une vache à mobilité réduite puisque Ecole a fait toute la montée très loin derrière le reste du troupeau… 

Impossible de ne pas respecter la tradition du « petit coup à boire » aux deux barrages successifs du Plan.


MONTEE N° 1
Jeudi 1er mai 2014
LE GRAND BORNAND : du hameau du Bouchet à l’alpage de Lormay
SCEA Le Mont Fleuri – Gaëlle, Babeth et Jean-Narcisse PERRILLAT-CHARLAZ

50 invités et 5 ambassadeurs ont accompagné le troupeau, la famille Perrillat et leurs amis venus aider. Au final plus de gens que de vaches ! Un bon moment pour tous, pas trop dur, une marche courte et peu de dénivelé. Une participation pleine de bonne humeur de l’association LIVE (Loisirs Identiques et Vacances Ensemble) qui a permis à des personnes à mobilité réduite de participer comme tout un chacun à une montée à l’alpage et aux valides de côtoyer le handicap et de se familiariser avec les différents engins tous très ingénieux.D’ailleurs tous ont succombé ensemble à la tradition du « petit coup à boire » offert par les collègues agriculteurs au Plan, une bonne raison de laisser filer le troupeau ! A l’arrivée, tout le monde a apprécié le chalet avec ses abords impeccables et déjà fleuris, le Reblochon fermier, la tomme du Mont Fleuri, le jus de pomme de Serraval, le Biscantin, les vins de Savoie et le gâteau à la crème fraiche spécialité de la ferme du Mont Fleuri (La recette est sur notre page Facebook)…Comme vous pouvez le voir sur les photos, la météo, solidaire de nos Montées à l’alpage, étaient bien meilleure que sur le reste du département (phénomène extrêmement rare dans la Vallée du Bouchet !)

 

 

   Une salle de restaurant improvisée...

 

L'âne Pépito, ambassadeur de Saveurs des Aravis (on les reconnaît à leur casquette verte!), s'est prêté de bon cœur aux sollicitations des enfants.

 

MONTEE N° 2
Samedi 3 mai 2014
MANIGOD : du hameau de la Vellaz à l’alpage de Sous Sulens
GAEC Les Prunelles – Christiane VEYRAT, Magaly VEYRAT MILAN - Christophe MILAN

La 2nde montée à l'alpage organisée par Saveurs des Aravis a eu lieu à Manigod samedi 3 mai !

Une soixantaine de personnes a accompagné le troupeau d'Abondance de la Ferme des Prunelles. L'ascension s'est déroulée sans la pluie (ouf!), sur l'Envres de Manigod depuis la ferme du bas (La Vellaz) jusqu'à l'alpage de Sous Sulens à proximité du Col de Plan Bois.

Cette montée était également ouverte aux personnes à mobilité réduite grâce à l’association LIVE (Loisirs Identiques et Vacances Ensemble) qui ont pu profiter de cette belle randonnée grâce à leurs engins et à leurs accompagnants. 

L’âne Pépito a régalé petits et grands.

A l'arrivée à l'alpage, les participants ont eu droit à une dégustation des produits de la ferme et des Aravis et aux explications d'usage sur l'agriculture, la ferme et notre réseau Saveurs des Aravis. Le syndicat agricole avait préparé une bonne tartiflette servie dans l'étable encore toute propre ; de quoi réchauffer cette journée un peu fraîche et brumeuse !

Merci à Christiane, Magaly et Christophe pour leur accueil chaleureux !

 

 

Les visiteurs ont marché d'un bon pas au son entrainant des clochettes 




 

Le troupeau de biquettes a lui aussi profité de la superbe vue sur la chaine des Aravis


MONTEE N° 3

Samedi 10 mai 2014

SERRAVAL : du hameau du Villard à l’alpage de Tincôve

GAEC Chèvrefeille : Suzanne, Claude et Julien THIAFFEY

Une cinquantaine de privilégiés ont pu participer à une montée à l’alpage rare puisqu’ils ont emmontagné avec la famille Thiaffey et leurs 140 chèvres.

Une montée vers l’alpage de Tincove, situé sur le tour de Sulens. La montée se fait surtout sur Le Bouchet Mont Charvin, face à la chaîne des Aravis, dans un paysage grandiose.

Le soleil était au rendez-vous pour les deux heures de montée rythmées par les cloches, ou plutôt les clochettes du troupeau.

Il a bien sûr fallu succomber à la tradition des buvettes improvisées le long de la montée !

Tout le monde s'est très vite familiarisé avec ces petits animaux sympathiques et c'est avec grand plaisir que certains se sont amusés à guider les plus lents tout au long du chemin !

Arrivés à l'alpage, Claude, Suzanne et Julien ont proposé une dégustation de leur chevrotin certifié « bio », grandement apprécié par tous. Beaucoup d’ailleurs ont découvert ce fromage atypique pour un fromage de chèvre, petit frère du Reblochon par son histoire et sa technologie, petite AOP mais la seule qui vous garantit que le fromage est fermier et que les chèvres sortent au pâturage !

Un petit verre de « gnôle fait maison » a permis de se réchauffer après la pause pique-nique !

La descente, guidée par le club des marcheurs du Bouchet Mont Charvin, s’est faite par un sentier forestier peu balisé ; de quoi diversifier la randonnée.

Une journée sportive, conviviale et riche de découvertes qui a déjà donné envie à certains de revivre l'aventure d'une montée à l'alpage !

 

 

 

 

Une montée qui commence par une descente dans une ambiance très printanière...

 

Les 45 participants, les ambassadeurs, les collègues du Syndicat de Manigod et bien sûr la famille Fillion et leurs amis venus aider

 

 

MONTEE N° 4

Samedi 10 mai 2014

MANIGOD : du village à l’alpage de la Tête

GAEC le Charvin : Xavier et Vincent FILLION et leurs parents Annie et Pierre

Une belle montée : partis du chef-lieu où le printemps est bien installé, les participants ont pu apprécier les vergers en fleurs sur fond de Tournette enneigée avant de changer de versant et d’arriver dans un milieu nettement plus montagnard face à la Chaîne des Aravis. Une bonne montée aussi ! Il a déjà fallu descendre jusqu’au Fier, facile ! Puis remonter les 400 mètres de dénivelé jusqu’au Torchon ; un effort qui a bien étiré le peloton. La dernière partie, plutôt plate, a permis un regroupement général pour une arrivée groupée !

Heureusement, les cinq « buvettes », offertes par des habitants étaient bien réparties ; plus on montait et plus elles avaient du succès !Une tradition qui contribue à l’ambiance et à la chaleur de l’accueil. Tout comme, à l’arrivée, l’accordéon de Christophe Pessey qui a permis à tous de s’initier aux airs savoyards et de Manigod !

Cela n’a pas empêché un retour au sérieux pour les présentations et discussions autour de l’exploitation, de Saveurs des Aravis et de l’agriculture d’ici si spéciale.

Tout le monde a apprécié, la tartiflette préparée par le Syndicat Agricole de Manigod avant une petite balade digestive jusqu’au point de rencontre avec la navette qui a ramené tout le monde aux voitures.

Une équipe de TF1 a accompagné toute cette journée. Des images qui feront à tous de bons souvenirs. Une petite mention pour le caméraman, désigné à l’unanimité comme le participant le plus méritant avec ses 11 kg de caméra.

 

 

 

<-- Le troupeau marchant au pied de la chaine des Aravis, superbe sous un beau soleil !

 

 

 

 

MONTÉE N° 5 - Samedi 17 mai 2014

LA CLUSAZ : du Var à l'alpage des Corbassières sur le plateau de Beauregard

EARL Les Corbassières : Marie-Louise, Bernard, Michaël et Yvan DONZEL

Sous un soleil radieux, 75 personnes venant de diverses régions de France (La Lozère, Dijon, Pyrénées, Hautes Alpes, etc ...) ont participé à cette montée. Partis de la ferme du bas à 11h15, après 1h30 de marche, une pause s'impose ! Leur voisin, Alain, a accueilli comme à son habitude tout le groupe pour le verre de l'amitié.

Après un effort supplémentaire pour arriver au chalet d'alpage et une présentation du réseau "Saveurs des Aravis" et de la ferme des Corbassières, le groupe a dégusté le reblochon fermier face à une chaine des Aravis de toute beauté. Les diots/polente ont satisfait les plus gourmands et les mélodies de Mickael à l'accordéon ont conclu cette belle journée.

 

 

 

 

 

 

 

<-- La pause bénéfique aux vaches et aux hommes !

 

Le troupeau et ses accompagnateurs à la sortie du hameau d’alpage des Bouts

 

 

Le lac du Maroly avec de superbes couleurs

 

MONTÉE N° 6 - Samedi 17 mai 2014

LE GRAND-BORNAND : du Chinaillon à l'alpage du Maroly

GAEC Le Maroly : Pierrette, Philippe et Arnaud MISSILLIER

C'est avec grande impatience que les 40 visiteurs ont attendu le passage du troupeau au village du Chinaillon. Pas de départ depuis la ferme d'en bas car les premiers kilomètres de cette montée empruntent la route départementale, un passage délicat... C'est néanmoins avec beaucoup de fierté et une grande émotion que le public s'est joint au pas des 50 vaches. Le tintement des cloches, le rire des enfants (des grands supporters d'Evian Thonon Gailllard !), les crocus à peine découverts par la neige et les sommets du Bargy d'un vert éclatant nous renvoyaient un aperçu vivant du paradis.

1h30 de marche nous a suffit pour rejoindre l'alpage du Maroly, particulièrement verdoyant et situé tout près du Col des Annes, à proximité d'un lac bleu turquoise qui mérite d'être visité en été !

La famille Missillier nous a fait visiter les locaux de fabrication, l'écurie et bien sûr, nous avons eu droit à une excellente dégustation de Reblochons fermiers et de tommes. C'est à la fin d'un repas très convivial, ponctué de rencontres et de discussions enrichissantes que tout le monde est redescendu tranquillement dans la vallée, laissant la famille Missillier finir son emménagement dans cet écrin de paradis.

La montée la plus longue et encore les participants l’on prise en route !  Le plus dur est encore à faire…

Panorama de la Chaine des Aravis en montant au Crêt de Chatillon

 

 

MONTÉE N° 7 - Samedi 24 mai 2014

LE GRAND-BORNAND : du Village au Crêt de Chatillon

Sébastien et Dondu BASTHARD-BOGAIN

Ce samedi 24 mai était une belle journée ensoleillée et chaude ce qui rendait saisissant et magnifique le contraste de la verdure de la vallée du Bouchet et la blancheur de la chaine des Aravis, juste au-dessus.

Les vaches de Sébastien et de Dondu étaient très en forme et sont arrivées de bonne heure au point de rendez-vous au Pont de Suize ! Elles venaient pourtant de parcourir toute la vallée du Borne, depuis Petit-Bornand, leur quartier d'hiver... C'est donc la moitié seulement des invités qui sont parti derrière le troupeau !

Mais pas de soucis, le reste des personnes a pu rejoindre le troupeau au niveau du Nant Robert... Finalement, cela arrangeait pas mal de monde car pas moins de 700 m de dénivelé séparent le village de Grand-Bornand de l'Alpage situé au col de Chatillon. C'est une sérieuse grimpette!

Heureusement la vue est splendide et la pause chez François Mistrou la bienvenue ! Les vaches se reposent, regroupées, les participants échangent, discutent, trinquent... Et c'est reparti pour la dernière grimpette sur une pente encore plus forte ! C'est par le bas de l'alpage que le troupeau arrive à l’alpage du Crêtde Chatillon entre l'élégant Roc des Arces et le Mont Lachat, site fameux de ski alpin en hiver.

Après une visite de la ferme, de la grange, de l'écurie, de la salle de fabrication et de la cave, viennent les présentations de l'exploitation, des produits qui y sont fabriqués (Tomme de Savoie fermière et Abondance fermier) et de Saveurs des Aravis. Puis c'est le repas bien mérité, fait maison, pour ceux qui ont réservé, suivi d'un digestif, d'un air d'accordéon, de chants… A la redescente, le groupe passe devant chez Emmanuel Missillier, lui aussi monté à l'alpage dans la journée : l'occasion d'acheter un reblochon pour les plus conformistes !

Les « accompagnateurs » si nombreux qu’ils cachent les vaches

 

Les saveurs des Aravis...

 

MONTÉE N° 8

Samedi 24 mai 2014

LE GRAND-BORNAND : de Chinaillon à la Côte

EARL Chinaillon : Nathalie et Emmanuel MISSILLIER

En cet après midi, près de 60 personnes se sont données rendez-vous au pied du télésiège des Outalays au Chinaillon pour une montée à l’alpage de la Côte : une montée bleue courte mais rapide.

Accueillis par des ambassadeurs, souriants et aguerris, les visiteurs venus du canton et d’ailleurs ont pu tout au long de la montée discuter et s’informer sur l’agriculture des Aravis, comprendre l’intérêt de l’alpage et se renseigner sur nos pratiques agricoles et fromagères.

Le rythme soutenu des vaches toutes équipées de leurs belles cloches surprend les jeunes marcheurs et le peloton s’étire un peu au fur et mesure de l’avancée.

Et pourtant, il faut suivre car trois troupeaux enmontagnent le même jour sur le même secteur. Et si les participants ont pu profiter du passage du 1er troupeau, le 3ème risque bien de les talonner ! Tout le monde va apprécier de voir s’animer ce coin d’alpage qui rassemble presque autant de monde qu’un jour d’hiver, si on compte les vaches et les visiteurs, d’autant que ceux qui ont accompagnés la montée de l’autre côté du col de Chatillon sont venus prendre leur navette ici.

A l’heure du goûter, présentation de l’exploitation et dégustation de reblochon, de tomme et de faisselles de la ferme. Les visiteurs ont ensuite assisté à la rentrée des vaches à l’étable et au remplacement des grosses sonnettes par des plus petites : « la parade » est finie, il faut penser à la production ! Avant de redescendre, heureux d’avoir goûté aux « Saveurs des Aravis »…

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’alpage dans les Aravis, continuez votre lecture…

 

 

L’alpage laitier, une pratique bien vivante

 

L’agriculture des Aravis ne ressemble à nulle autre. Malgré les conditions difficiles de la montagne, les exploitations sont ici restées exceptionnellement nombreuses (200 fermes sur 13 communes) grâce à la valeur ajoutée apportée par la transformation à la ferme. Aussi, les nombreux troupeaux de vaches et de chèvres ne trouvent pas suffisamment de pâturage en vallée ; il faut donc continuer à les emmener pâturer vers les sommets dès que la pousse de la végétation le permet. Ainsi chaque printemps, c’est encore plus de 110 troupeaux laitiers qui quittent la ferme du bas pour rejoindre le chalet d’alpage entre début mai et le 10 juin selon l’altitude et l’exposition de l’alpage. La montée se fait généralement un samedi ou un jour férié car c’est une grosse organisation et les agriculteurs ont besoin du renfort de la famille et des amis, qui ne se font d’ailleurs pas priés car l’ambiance est toujours chaleureuse.

Pendant, la période d’alpage, en vallée, on récolte des foins qui seront distribués l’hiver quand la neige recouvre les champs.

 

 

Emmontagner, comme autrefois

 

L’agriculture a évolué et s’est modernisée. Cependant, même si on dispose de 4X4, même s’il y a l’électricité, même si les salles de fabrication respectent les normes européennes, les agriculteurs des Aravis sont attachés à la montée à l’alpage traditionnelle ; les vaches montent donc à pied parées des grosses cloches, celles qui ne servent que pour la montée, la descente et les foires. C’est donc au son de ces cloches, celui qui donne le « grand frisson » que les troupeaux quittent la vallée salués par les habitants au balcon ou sur le pas de leur porte. Les animaux accélèrent le pas ; ils ont compris que le moment était venu de rejoindre les grands espaces pour brouter l’herbe fine et odorante de la montagne…

 

 

 

 

L’été, la vie s’organise sur l’alpage

 

Dans les Aravis, c’est toute la vie de la famille qui se réorganise à l’alpage. On ferme la maison en vallée pour vivre « à la montagne ». On monte tout, même les jardinières de fleurs ! On fait les stocks de provisions pour tout avoir sous la main. On s’organise pour l’école des enfants qui vivent aussi à l’alpage. La traite se fait à l’étable ; quand on randonne dans les Aravis, difficile de na pas croiser des troupeaux en chemin entre la pâture et le chalet. Comme en bas, on fabrique le fromage, souvent du Reblochon fermier, deux fois par jour et tous les jours.

 

C’est cette activité pastorale intense qui fait des Aravis une montagne accessible à tous, vivante et accueillante.

 

 

L’alpage, utile à tous

 

Le pâturage est un facteur de biodiversité. En évitant l’envahissement par les aulnes (qu’on appelle ici arcos), les rhododendrons ou les myrtillers, il permet de maintenir des prairies qui peuvent abriter de 50 à 80 plantes différentes ! Il permet aussi de garder des paysages ouverts et les points de vue. Il prévient l’accumulation d’herbe sèche sur les pentes et limite les risques d’avalanches. Il entretien aussi tout ce qui se transforme l’hiver en piste de ski ; venez découvrir nos alpages et vous verrez sous un autre jour tout ce que vous admirer du haut des télésièges.