Notre territoire,
notre passion

+ en savoir plus

Nos saveurs,
nos produits

+ en savoir plus

Notre formulaire de satisfaction

+ en savoir plus

VIVEZ L'EMOTION D'UNE MONTEE A L'ALPAGE EN 2018 !

Saveurs des Aravis vous invite à « emmontagner pour de vrai » !

 

Les montées à l'alpage 2017 sont terminées, mais vous pouvez déjà vous renseigner pour l'année prochaine (mai et juin 2018) !

Depuis 2012, Saveurs des Aravis vous propose de participer à de vraies montées à l’alpage. Bien loin du folklore et des reconstitutions à l’ancienne, plusieurs fermes vous ouvrent leur porte pour cette journée si particulière où se mêlent plaisir, effervescence et stress. C’est une occasion exceptionnelle car pour les agriculteurs c’est une dure et longue journée à l’organisation millimétrée : très tôt le matin, il faut traire et fabriquer le fromage en bas, monter le troupeau, mais aussi transporter et installer le matériel à l’alpage pour être opérationnel le soir.

 

Rassurez-vous, vous serez quand même des invités privilégiés car chaque exploitation a recruté des « ambassadeurs », collègues agriculteurs ou amis, qui connaissent bien la ferme, l’agriculture et les Aravis et qui n’auront qu’un rôle, celui de vous informer et de répondre à vos questions tout au long de la montée. A l’arrivée sur l’alpage vous pourrez déguster les produits, visiter et discuter avec les agriculteurs et leur famille.

 

L’authenticité a cependant un revers. Difficile de prévoir la date des montées à l’alpage longtemps à l’avance car « Dame Météo » est quelque fois capricieuse . Le calendrier est établi en avril, et reste prévisionnel jusqu'à une dizaine de jours avant la montée, où les inscriptions sont ouvertes. Il faut alors être très réactif, puisque les places sont limitées pour plus de meilleurs échanges et une plus grande convivialité ! Les inscriptions se font sur ce site via un formulaire qui n'est activé que pendant les inscriptions.

 

Les difficultés physiques des montées sont évaluées comme les pistes de ski : vert, puis bleu et rouge pour les plus aguerris. Ces difficultés vous sont transmises dans le tableau prévisionnel chaque année sur cette page internet.

 

Le prix : 6€ pour les adultes – 2€ pour les enfants entre 6 et 12 ans – Ce qui veut dire que c’est gratuit pour les enfants de moins de 6 ans ; mais attention les vaches et les chèvres marchent plutôt plus vite que nous.

 

Prévoyez de porter les plus jeunes (poussettes interdites) et choisissez une montée adaptée. Les chiens sont interdits lors de la montée pour ne pas perturber le troupeau. Merci de votre compréhension.

 

Les inscriptions sont possibles uniquement lors de l'ouverture des inscriptions, soit environ une semaine et demi avant chaque montée. Prenez garde, les places sont limitées et très demandées !

 

Ainsi, si vous souhaitez être informés de l’organisation des Montées 2018 (mai et juin 2018), n’hésitez pas à contacter notre animatrice Camille au 06 70 96 28 98 ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. afin qu'elle puisse vous intégrer à la liste de contacts "Montées 2018"

 
 

  Vous trouverez ci-dessous un fim réalisé en 2012 et un résumé illustré de chacune des montées de 2017.

 Montées à l'Alpage 2012 on Vimeo

Montées à l'Alpage 2012 from Vincent Ingels on Vimeo.

 

 

Petit aperçu des montées 2017

MONTÉE N° 1 – Samedi 6 mai 2017

GRAND BORNAND : du Pont de Suize au Tavaillon

GAEC Le Tavaillon – Régine et Aurélie MISSILLIER

La 6ème édition des Montées à l’alpage a commencé au Grand-Bornand avec l’exploitation de Régine et Aurélie MISSILLIER ! Au départ de Pont de Suize, toutes les têtes se sont retournés... Elles arrivent ! Amplifiées par les murs des habitations et les montagnes entourant le village, les cloches des vaches attiraient toute notre attention.

Plus de 25 personnes ont ainsi observé le travail des agriculteurs pour orienter leur troupeau vers le bon chemin.  L'ensemble des randonneurs ont suivi le troupeau de vaches sous un beau soleil matinal et ont pu profiter du magnifique paysage qui se dressait devant eux !

Après une bonne heure de marche, la météo, jusque-là clémente, a fait sortir les anoraks et le paysage a commencé à disparaître derrière un épais brouillard.

Toutefois, la magie de la montée ne s'est pas pour autant dissipée ! En effet, les rires et les échanges ont perduré jusqu'à l'arrivée.

A l'alpage, Régine MISSILIER a captivé les randonneurs en racontant l'histoire de son exploitation et de leur vie de l'alpage. Cette riche explication fût suivie d'une dégustation des délicieux produits de la ferme "Le Tavaillon". 

Après avoir repris des forces, les randonneurs se sont hâtés d'acheter les fromages de la ferme auprès d'Aurélie MISSILLIER afin de prolonger cette merveilleuse après-midi à la maison !

 

L'arrivée du troupeau...

 

...et la montée des troupeaux !

MONTÉE N° 2 – Samedi 13 mai 2017

SERRAVAL : du Lavoir à l'alpage de Tincove

GAEC Chèvrefeuille – Claude, Suzanne et Julien THIAFFEY

Sous un temps radieux, une cinquantaine de personnes ont suivi les chèvres de la famille THIAFFEY lors de leur montée à l’alpage de Tincove, un coin du Sulens peu connu mais qui vaut pourtant le détour !

Pendant ces deux heures de montée accompagnées par nos ambassadeurs, deux bénévoles de l'association Montagne Vivante et une accompagnatrice en Montagne, les visiteurs ont pu enrichir leurs connaissances sur l’agriculture de montagne, les pratiques agricoles des Aravis et l’importance de l’emmontagnée, le territoire, les sommets alentours, la biodiversité…le tout en écoutant les bêlements et les petites cloches des 140 chèvres, plutôt pressées de rejoindre leur alpage !

Les randonneurs ont pu découvrir les produits de la ferme autour d'une dégustation puis du repas proposé par l'agriculteur, sur un air d'accordéon. L'ambiance était au rendez-vous !

Après le délicieux repas, les bénévoles de l'association Montagne Vivante ont guidé les randonneurs au milieu des bois jusqu'au point de départ ! Une expérience fortement appréciée qui a permis de finir la randonnée tout en beauté !

 

La montée... nous sommes presque arrivés !

 

Le repas est servi ! Ambiance au rendez-vous grâce à l'accordéoniste !


MONTÉE N° 3 – Samedi 27 mai 2017               initialement prévue le 13 mai, mais météo oblige…

GRAND-BORNAND : du Croix à la Duche

Exploitation de Corinne et Pierre PERNET-COUDRIER

Une première pour ces adhérents passionnés, qui n’avaient pas encore osé franchir le pas de l’accueil du public lors de leur montée ! Tout d’abord, un grand merci à eux !

Partant de la ferme du bas, le troupeau d’environ 25 vaches Abondance a atteint le Croix très rapidement, où il a rencontré ses invités d’une journée et continué sa route en leur compagnie ! La montée de Corinne et Pierre est courte (environ 1h30) et très accessible, puisqu’il suit un grand chemin agricole traversant en faux-plat montant. Et quelle vue ! En plus de l’observation des vaches, des cloches d’apparat, des chalets typiques d’alpage, les combes des Aravis nous accompagnent tout au long du parcours ! Ce jour-là, ce n’était donc pas grave si les vaches ont été un peu moins rapides que d’habitude du fait de la chaleur pesante qui ralentissait aussi les hommes !

Une fois arrivés à l’alpage, les visiteurs ont poursuivi les échanges avec les ambassadeurs, agriculteurs de Grand-Bornand ou membres de la Communauté de Communes, autour d’un pique-nique tiré du sac, ont pu se reposer un peu et retourner tranquillement à leur lieu de départ, avec leur Reblochon et tomme fermière à déguster à la maison !

 

Et..c’est parti !

 

Pique-nique en terrasse, dans une ferme typique d’alpage pour terminer la matinée !


MONTÉE N° 4 – Samedi 20 mai 2017

LA CLUSAZ : du hameau du Var à l’alpage des Corbassières

EARL Les Corbassières gérée par la famille DONZEL : Bernard, Marie-Louise, Michaël, Yvan et Jennifer PUTHOD

Une montée qui est devenue au fil des années une classique, mais que les visiteurs vivent et revivent avec la même émotion !

Après être arrivés en navette à la ferme du bas, c’est au son des tintements soutenus des cloches que les 51 participants ont suivi le troupeau, qui démarre toujours rapidement dans la légère descente pour rejoindre le centre du village de La Clusaz, où elles ont d’ailleurs fait un peu de lèche-vitrine ! Les commerçants de La Clusaz ont comme chaque année participé à l’ambiance festive de ce moment, en sortant avec des plateaux de dégustation ! Une fois que la pente remonte après le village et qu’hommes et bêtes ralentissent l’allure, c’est l’occasion idéale pour nos ambassadeurs de discuter alpage, vie à la montagne, enjeux agricoles, avec des visiteurs désireux d’apprendre, de comprendre et de partager.

Après ½ heure de pente soutenue, une pause s’impose chez les voisins des DONZEL, où les échanges continuent de plus belle. On s’assoit, on s’abreuve, on discute, en toute simplicité. Puis le troupeau repart et réalise sa dernière ½ heure de montée avant de rejoindre les pâturages de Beauregard (le bien nommé !).

Les membres de la famille DONZEL ont alors pris la parole pour présenter l’histoire de l’exploitation, leur passion, leur attachement à l’alpage, et leur volonté de partager tout ceci avec les visiteurs à travers leurs visites et leur ferme-auberge (la seule dans les Aravis !).

Après dégustation des produits de la ferme et goûter local, les visiteurs sont redescendus tranquillement à pied vers leur voiture, et n’ont pas manqué d’emporter une petite part d’Aravis dans leur sac !

Elles connaissent la route !

Les troupeaux arrivent !


MONTÉE N° 5 – Jeudi 25 mai 2017

ENTREMONT : du Hameau des Plains au Plateau des Glières

GAEC Le Pas du Loup – Philippe TOCHON et Jean-Pierre BETEND

Départ aux aurores avec le GAEC Le Pas du Loup en ce jeudi de l’Ascension, le bien nommé ! Et quel accueil, du début à la fin ! Après un café d’accueil qui s’apparentait plutôt à un buffet, Philippe et Jean-Pierre, une fois prêts, ont présenté l’exploitation et le déroulement de cette journée, qui s’est déroulée par un soleil radieux.

Après une marche d’environ une heure sur un tronçon de départementale, où les vaches passaient sous les regards surpris des automobilistes, l’ascension a débuté sur la route sinueuse qui mène au plateau. 750m de dénivelé plus tard, la vue s’ouvrait sur les Glières, et les vaches ré-accéléraient leur rythme, grisées par les prairies et le sentiment d’arrivée ! Et tout le monde se connaît au Plateau des Glières, les fermes et restaurants devant lesquels le convoi passait ont partagé ce moment avec nous, nous saluant et nous offrant des rafraîchissements par cette chaleur. On parlait temps, neige, pousse de l’herbe, printemps, la vie reprenait pleinement sur le plateau !

Environ 1h plus tard, après avoir traversé le plateau et être passés devant les monuments, le troupeau arrivait finalement dans son alpage ; les visiteurs ont pris leurs dernières photos des belles à l’herbe et ont rejoint la ferme, où encore une fois, tout était prêt pour passer un bon moment, dont la tartiflette géante ! Philippe et Jean-Pierre ont repris la parole pour tout nous raconter : la vie à l’alpage et leur amour de la montagne, l’intérêt de l’alpage et les enjeux agricoles forts qui y sont liés, la volonté de maintenir et de transmettre un patrimoine bien vivant…

Après un repas passé tous ensemble à continuer les échanges, nous sommes repartis en navette, ravis de cette journée exceptionnelle !

Fin de la montée impressionnante d’Entremont au Plateau

Débriefing à l’alpage par Jean-Pierre et Philippe


MONTÉE N° 6 – Samedi 27 mai 2017

LA GIETTAZ : des Mortines à l’alpage de Petetruy

La Ferme des Violettes – Olivier et Catherine MARIN

Nouveau départ aux aurores pour cette montée magnifique, où nos montagnes sont vues d’un autre angle : depuis l’autre côté du col des Aravis !

Après avoir ouvert leur montée au public en 2012 et 2013, Catherine et Olivier ont retenté l’expérience cette année, permettant aux visiteurs de réaliser une montée en présence de vaches et…de chèvres aussi ! Un moment unique, puisque les visiteurs avaient les vaches devant eux…et les chèvres derrière ! 2 types d’animaux, 2 fois plus de discussions et de sourires de ceux qui pouvaient toucher les chèvres pendant qu’ils discutaient avec les ambassadeurs tout en regardant le troupeau de vaches avancer, le tout dans une vallée calme et préservée : la preuve, une fois à l’alpage, nous avons pu admirer un vol de gypaète barbu !

Et qui dit 2 types d’animaux, dit aussi…de nombreux produits à déguster ! Reblochon fermier, tommes fermières, raclette, Chevrotin, Persillé des Aravis…ont régalé le palais des visiteurs pendant cette pause goûter qui a eu lieu aux alentours de 9h30 – 10h00 !

Le retour se passant quasi-exclusivement sur chemin, les visiteurs ont soit choisi de rester encore un peu profiter de ce cadre magique, soit de repartir tranquillement (8 km aller – 8 km retour quand même !)

 

Les Alpines Chamoisées accompagnaient les visiteurs ravis !

Dégustation bien méritée qui a permis de parler de nombreux produits et des pratiques agricoles liées


MONTÉE N° 7 – Samedi 27 mai 2017

GRAND-BORNAND : de l'Auberge du Croix à l'alpage du col de Châtillon avec la Ferme de Trembay

GAEC Ferme de Trembay – Sébastien et Dondu BASTHARD-BOGAIN

A 11h00 le soleil était au rendez-vous pour faire profiter aux participants la magnifique vue du pot d'accueil !

Plus d'une cinquantaine de personnes ont patienté jusqu'à l'arrivée du troupeau en contre-bas. Au croisement des chemins, les randonneurs ont pu voir de très près les vaches passer ! Le parcours de la montée s'est déroulement dans un champs et un court passage dans les bois.

Sous une forte chaleur, les vaches ont pu se rafraichir à mi-parcours de la montée dans un petit étangs, sous les regards amusés des randonneurs.

Arrivés à l'alpage, les participants ont pu apprécier la dégustation des produits de la ferme très bien présentés sur un plateau en bois... tellement délicieux qu'il n'en restait plus une miette !

Suite à cette dégustation qui a ouvert l'appétit à plus d'un, Mickaël DUGAST, a servi le repas : assiette de charcuterie, pomme de terre, fromages et salade avec pour terminer une délicieuse tarte aux pommes !

Les randonneurs sont ainsi repartis sur les sentiers avec le ventre plein, le sac à dos remplit de bonnes choses, et la tête dans les nuages suite à cette belle journée !

 

Pot d'accueil, sous un temps magnifique et une vue à couper le souffle...

 

Grimpette dans les prés avec les vaches !


MONTÉE N° 8 – Samedi 10 juin 2017

PETIT-BORNAND-LES-GLIERES : du centre jusqu’au Chalet de Cenise

GAEC Les Poches : Famille DELOCHE et Alex CAULLIREAU

Et c’est parti pour la montée la plus ardue de ce programme ! 900m de dénivelé positif pour accompagner le troupeau de la ferme les Poches, depuis la mairie de Petit-Bornand-les-Glières jusqu’au plateau de Cenise !

Après un départ très matinal pour éviter la chaleur, les vaches ont suivi les lacets de la route de Cenise, suivies de près par la trentaine de participants qui ont pu échanger avec les ambassadeurs là pour l’occasion et Dominique BEAUFARON, Accompagnateur en Montagne passionné et passionnant !

Une fois arrivés en haut, les vaches ont vaqué à leurs occupations tandis que la famille DELOCHE a expliqué sa vie à l’alpage aux participants, qui ont ensuite rejoint le Chalet de Cenise pour déguster les fameux beignets du restaurant.

En début d’après-midi, tous sont repartis en navette, les yeux pleins d’images de ce moment partagé et du plateau de Cenise, superbe !

 

Tout le monde est prêt !

 

…les vaches sont arrivées dans leurs quartiers d’été !


MONTÉE N° 9 – Samedi 24 juin 2017

La Clusaz : de la Chapelle des Confins à l'alpage deTardevant

Les moutonniers – Pierre PERRILLAT et Richard COLLOMB-CLERC

Sous un soleil timide, les cinquante participants ont suivi le pas de 350 moutons et leurs bergers.

A de nombreuses reprises, les participants ont pu admirer le travail des chiens de bergers pour récupérer les moutons un peu trop aventuriers !

Tout au long du parcours, les randonneurs ont pu apprécier le paysage, et découvert certaines fleurs grâce à l'accompagnateur en montagne ! Emerveillement et curiosité étaient au rendez-vous.

A l'arrivée au chalet d'alpage, les participants ont pu échanger avec les bergers tout en dégustant les produits des fermes voisines. Malheureusement, un épais brouillard nous a empêchés d'apprécier la vue. Toutefois, cela nous a permis de monter jusqu'à l'alpage avec une température agréable. Tous les randonneurs étaient donc satisfaits de cette montée !

Le retour s'est fait par les sentiers, certains ont choisi le parcours le plus rapide, et d'autres se sont laissé tenter par la boucle, qui leur a permis de découvrir de nouveaux paysages !

 

C'est parti ! Les randonneurs emboîtent le pas des moutons pour cette montée à l'alpage !

 

Randonnée sur des sentiers, malgré un temps timide, de belles choses à voir !

 

Nous remercions chaleureusement tous les participants et bénévoles de cette session des Montées à l'alpage 2017, ainsi que les financeurs de cette action, sans qui rien n'aurait été possible :

  La Région Auvergne Rhône-Alpes

logo Europe drapeaulogo L 39 Europe s 39 engage L'Europe (FEADER)                       logoCaDesSavoieLe Crédit Agricole des Savoie

                                                                                                        https://www.ca-des-savoie.fr

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’alpage dans les Aravis, continuez votre lecture…

 

 

L’alpage laitier, une pratique bien vivante

 

L’agriculture des Aravis ne ressemble à nulle autre. Malgré les conditions difficiles de la montagne, les exploitations sont ici restées exceptionnellement nombreuses (200 fermes sur 13 communes) grâce à la valeur ajoutée apportée par la transformation à la ferme. Aussi, les nombreux troupeaux de vaches et de chèvres ne trouvent pas suffisamment de pâturage en vallée ; il faut donc continuer à les emmener pâturer vers les sommets dès que la pousse de la végétation le permet. Ainsi chaque printemps, c’est encore plus de 110 troupeaux laitiers qui quittent la ferme du bas pour rejoindre le chalet d’alpage entre début mai et le 10 juin selon l’altitude et l’exposition de l’alpage. La montée se fait généralement un samedi ou un jour férié car c’est une grosse organisation et les agriculteurs ont besoin du renfort de la famille et des amis, qui ne se font d’ailleurs pas priés car l’ambiance est toujours chaleureuse.

Pendant, la période d’alpage, en vallée, on récolte des foins qui seront distribués l’hiver quand la neige recouvre les champs.

 

 

Emmontagner, comme autrefois

 

L’agriculture a évolué et s’est modernisée. Cependant, même si on dispose de 4X4, même s’il y a l’électricité, même si les salles de fabrication respectent les normes européennes, les agriculteurs des Aravis sont attachés à la montée à l’alpage traditionnelle ; les vaches montent donc à pied parées des grosses cloches, celles qui ne servent que pour la montée, la descente et les foires. C’est donc au son de ces cloches, celui qui donne le « grand frisson » que les troupeaux quittent la vallée salués par les habitants au balcon ou sur le pas de leur porte. Les animaux accélèrent le pas ; ils ont compris que le moment était venu de rejoindre les grands espaces pour brouter l’herbe fine et odorante de la montagne…

 

 

 

 

L’été, la vie s’organise sur l’alpage

 

Dans les Aravis, c’est toute la vie de la famille qui se réorganise à l’alpage. On ferme la maison en vallée pour vivre « à la montagne ». On monte tout, même les jardinières de fleurs ! On fait les stocks de provisions pour tout avoir sous la main. On s’organise pour l’école des enfants qui vivent aussi à l’alpage. La traite se fait à l’étable ; quand on randonne dans les Aravis, difficile de na pas croiser des troupeaux en chemin entre la pâture et le chalet. Comme en bas, on fabrique le fromage, souvent du Reblochon fermier, deux fois par jour et tous les jours.

 

C’est cette activité pastorale intense qui fait des Aravis une montagne accessible à tous, vivante et accueillante.

 

 

L’alpage, utile à tous

 

Le pâturage est un facteur de biodiversité. En évitant l’envahissement par les aulnes (qu’on appelle ici arcos), les rhododendrons ou les myrtillers, il permet de maintenir des prairies qui peuvent abriter de 50 à 80 plantes différentes ! Il permet aussi de garder des paysages ouverts et les points de vue. Il prévient l’accumulation d’herbe sèche sur les pentes et limite les risques d’avalanches. Il entretien aussi tout ce qui se transforme l’hiver en piste de ski ; venez découvrir nos alpages et vous verrez sous un autre jour tout ce que vous admirer du haut des télésièges.